Matières

   |   By  |  No comments

Nous traitons ici des deux grandes familles de matières premières utilisées dans les usines que sont le carton et le tissu.

 

carton : matière première

Carton

Il existe plusieurs types de cartons qui se regroupent en deux grandes familles : carton compact et plat, carton ondulé. À la base une seule et même matière la fibre de cellulose. Ces fibres extraites du bois (fibres longues, résistantes, nobles) donnent des papiers et cartons dits « krafts », « pur bois », le carton est recyclable. L’autre source de fibres provient de « vieux papiers et cartons » qui sont recyclés  (fibres courtes, aspect grisâtre, plus rustique) et donnent des papiers et cartons recyclés.

Le carton compact s’imprime directement en offset ou en sérigraphie sur la face couchée. Ce décor peut se compléter d’un gaufrage ou embossage ainsi que de finitions particulières comme l’application de vernis UV (mat ou brillant), de vernis sélectif, de pelliculage mat ou brillant, etc.
La plaque de carton est ensuite découpée sur presse, les différentes poses sont séparées puis le passage en plieuse-colleuse termine le façonnage de l’emballage.

Le carton ondulé existe dans différentes épaisseurs qui se définissent par la hauteur de la cannelure. La microcannelure (E, 1.8 à 2.0 mm), la mini-microcannelure (F, 0.8 à 1.2 mm), la petite cannelure (B, environ 3 mm), la moyenne cannelure (C, environ 4 mm). À s’ajoutent des cartons en double cannelure combinant 2 cannelures différentes ; par exemple BE, BC.
Dans notre activité de production de boîtes et d’étuis pliants, c’est la microcannelure qui est le plus utilisée.  Selon le graphisme à imprimer, le rendu à obtenir le mode d’impression utilisé est différent. En offset, une affiche en carton compact s’imprime puis se contrecolle sur la cannelure pour former la planche de carton. En flexographie la planche de carton ondulé s’imprime directement, l’impression est moins sophistiquée.

Formulez votre demande d’étui ou de boîtes pliantes en carton

Tissu

Une large gamme de tissus à base de coton ou de matière synthétique permet de fabriquer de nombreux types de pochons. C’est à partir d’une bobine de laize 160 cm que se découpent les pochons. Chaque tissu existe dans différents grammages et différents tissages.
– coton plat en 160 g/m² complété par un coton économique en 110 g/m² pour les très grandes séries, et par un coton gaze de 90 g/m² pour des applications particulières.
– coton gratté en 190 g/m² a la particularité d’avoir sa surface grattée sur une face ou deux ce qui lui confère un toucher très doux ; cette qualité est la plus couramment utilisée dans la Chaussure, la Maroquinerie.
À base de matières synthétiques variées on peut citer :
– les TNT tissu non tissé, le plus souvent en 60 g/m², tissu économique existant dans de nombreux coloris
– les tissus façon micro-fibre (aspect daim) environ 140g/m², tissu haut de gamme

Le tissu s’imprime en 1 ou 2 couleurs sur 1 ou 2 faces en sérigraphie

Formulez votre demande de pochon sur mesure

Méthodes de calage

   |   By  |  No comments

Mettre en place des bonnes pratiques pour améliorer le calage et le conditionnement d’articles de formes, tailles, poids et quantités variées.

Contexte

Un professionnel de la distribution de produits industriels (groupe international implanté en France) souhaite améliorer ses méthodes de conditionnement de produits qui sont expédiés dans le monde entier par tous moyens de transports (route, air, fer, mer) en vue d’une qualité de réception parfaite par le client final (distributeurs, grossistes, entreprises, …)

Solution adoptée

Prendre en compte les diverses étapes du conditionnement et observer les méthodes et moyens employées.
Sensibiliser le personnel sur l’importance d’un conditionnement réussi (produits bien calés, arrivant sans aucun dommage au destinataire final) ; les aider concrètement, par des études de cas pratiques, à améliorer leurs bonnes pratiques. Corriger les gestes (par exemple : utilisation et position d’un calage amortisseur).
Rationaliser les produits de conditionnements (diminuer les références de caisses d’emballages, uniformiser entre les postes de travail, les matériaux de calage et d’emballage, etc.).

Prestations fournies

– observation et analyse de la procédure, des moyens et des méthodes en place
– rapport de propositions d’améliorations (aménagement des postes de travail, optimisation des produits de conditionnements
– recommandations sur l’agencement des postes de travail
– propositions pour l’optimisation et l’harmonisation des produits de conditionnements entre les divers ateliers
– information sur le rôle du bon emballage du produit, son importance et sa place dans le circuit logistique
– résolution de plusieurs cas pratique à la demande des opérateurs