Montage: boîte SAV

   |   By  |  No comments

Montage d’une boîte SAV

Cet emballage spécial est destiné à l’envoi et au retour de petits matériels électroniques ou smartphones nécessitant une réparation au sein d’un atelier de services après vente.
L’emballage est constitué de carton et d’un film de maintien. Cela permet de caler le produit et de le protéger durant le transport. Cet emballage SAV se décline en plusieurs dimensions en fonction des besoins de l’utilisateur et se personnalise.

Pour plus d’information : par le formulaire de contact à votre disposition, par téléphone 

Pour une demande de prix utilisez le formulaire « autre emballage » 

Qualité et certification

   |   By  |  No comments

À tout moment de la fabrication, il convient de s’assurer de la conformité des emballages par rapport à la fiche technique établie et du respect du cahier des charges.

contrôle qualité : une étape indispensable

Contrôle qualité

Tout au long de sa fabrication l’emballage est contrôlé afin de s’assurer du respect de la fiche technique issue du cahier des charges et des conformités validées par le Client. Dans certains cas particuliers, à la demande du Client, Créabox intervient directement pour superviser l’ensemble de ces contrôles.

Procédures

Chaque unité de production dispose de sa propre procédure de contrôle de fabrication de l’emballage. Chaque unité de production a le souci de bien faire et de fabriquer des packagings de qualité qui satisfont le haut niveau d’exigence du Client.

Certification Matières

Les matières premières utilisées pour la fabrication des emballages répondent aux normes en vigueur de l’Union Européenne – ni plus ni moins – et aux certification FSC, PEFC, REACH.

Cahier des charges

   |   By  |  No comments

projet pour développer un nouvel emballage

Cahier des charges

Ce document comporte toutes les spécifications auxquelles devra répondre le packaging. Il décrit avec précision les contraintes et attentes afin de permettre au fabricant de proposer une solution technique appropriée.
Ce sera tout au long de la vie de l’emballage la référence contractuelle tant en interne de l’entreprise qu’avec les prestataires extérieurs.

A minima il est très simple et ne comporte que les informations de base indispensables à l’étude de prix :
– type d’emballage
– utilisation
– dimensions
– qualité
– impression et finition
– quantité
– lieu de livraison

Créabox accompagne l’entrepreneur dans son projet de développement d’un nouveau packaging à partir de son cahier des charges. Si besoin nous établissons ensemble ce cahier.

Dans certains cas complexes une équipe spécifique est mise en place avec des partenaires spécialisés et habitués à travailler ensemble pour apporter un service global sur mesure.
Par exemple dans le cadre d’un lancement d’une nouvelle gamme de produit sont amenés à travailler ensemble le spécialiste de la stratégie web, celui du graphisme  et celui du développement et de la fabrication de l’emballage.

Montage: présentoir de sol

   |   By  |  No comments

Montage d’un présentoir

Le montage ou la mise en volume d’un présentoir de sol est facile.

Une conception bien menée en bureau d’études permet d’élaborer des structures automontables aisées à mettre en volume par tout un chacun.
Sans connaissances particulières, c’est le plus souvent affaire de pliage et d’encliquetage judicieux. Au présentoir est joint une fiche de montage ou une démonstration en vidéo.

Pour une demande de prix utilisez le formulaire « autre emballage »

Méthodes de calage

   |   By  |  No comments

Mettre en place des bonnes pratiques pour améliorer le calage et le conditionnement d’articles de formes, tailles, poids et quantités variées.

Contexte

Un professionnel de la distribution de produits industriels (groupe international implanté en France) souhaite améliorer ses méthodes de conditionnement de produits qui sont expédiés dans le monde entier par tous moyens de transports (route, air, fer, mer) en vue d’une qualité de réception parfaite par le client final (distributeurs, grossistes, entreprises, …)

Solution adoptée

Prendre en compte les diverses étapes du conditionnement et observer les méthodes et moyens employées.
Sensibiliser le personnel sur l’importance d’un conditionnement réussi (produits bien calés, arrivant sans aucun dommage au destinataire final) ; les aider concrètement, par des études de cas pratiques, à améliorer leurs bonnes pratiques. Corriger les gestes (par exemple : utilisation et position d’un calage amortisseur).
Rationaliser les produits de conditionnements (diminuer les références de caisses d’emballages, uniformiser entre les postes de travail, les matériaux de calage et d’emballage, etc.).

Prestations fournies

– observation et analyse de la procédure, des moyens et des méthodes en place
– rapport de propositions d’améliorations (aménagement des postes de travail, optimisation des produits de conditionnements
– recommandations sur l’agencement des postes de travail
– propositions pour l’optimisation et l’harmonisation des produits de conditionnements entre les divers ateliers
– information sur le rôle du bon emballage du produit, son importance et sa place dans le circuit logistique
– résolution de plusieurs cas pratique à la demande des opérateurs

Résistance du carton

   |   By  |  No comments

Comment solutionner un problème de faible résistance à la compression verticale (RCV) de caisses américaines.

contrôle qualité : résistance à la compression verticale (RCV)

Contexte :

Un producteur international d’huiles de table (basé en Afrique du Nord) constate une faiblesse récurrente de certains types d’emballages (caisse américaine – fefco 201). La caisse initialement prévue pour supporter 4 rangs de gerbage n’en accepte en fait que 2 sans détérioration. Les conséquences sont une perte de place au stockage, un affaissement des palettes durant ce stockage et pendant le transport (à cause des vibrations, rupture de charge, etc.) ; enfin une perte de chiffre d’affaires car un carton abîmé est un carton invendable.

Solution mise en œuvre

Tout d’abord il est procédé à l’audit de la ligne de production pour en lister les points positifs et ceux à améliorer, puis la conformité des caisses américaines par rapport aux cahiers des charges existant est vérifiée.
Un laboratoire de contrôle indépendant et agréé analyse un échantillon représentatif des caisses américaines (type et grammage des papiers, résistance à la compression verticale -RCV- des caisses, etc.) afin d’établir un tableau comparatif entre les données des analyses et celles des cahiers des charges existants.
Différents essais de palettisation (rangement des caisses) avec différentes qualités de carton sont menés afin de déterminer une qualité optimale et de là écrire les nouveaux cahiers des charges.
Les fournisseurs de carton sont associés à l’étude ainsi que les personnels de la chaîne de production.

Prestations fournies :

– audit de la chaîne de production
– mise en place de bonnes pratiques
– analyses complètes, par un laboratoire agréé, d’un échantillon représentatif des caisses américaines
– contrôle des cahiers des charges existants par rapport aux résultats des analyses
– tests de validation des nouvelles qualités de carton
– rédaction des nouveaux cahiers des charges
– préparer la mise en place d’un contrôle qualité interne des emballages carton dès la réception à l’usine

 

Bonnes Pratiques

   |   By  |  No comments

Créabox dispense des formations de bonnes pratiques pour mieux appréhender l’emballage en carton ou en tissu.

formation aux bonnes pratiques

 

Cela commence par la connaissance des matières premières, un bref rappel de l’histoire de l’emballage et se poursuit par les techniques de production, d’impression et les principales d’utilisation.
– comment se fabrique la carton ?
– qu’est-ce qu’un papier recyclé ?
– quelles sont les différentes techniques d’impression ?
– comment se fabrique un étui, un présentoir ?
– comment se fabrique un pochon ?
– comment formuler une demande de prix ?
– etc.

Quelques exemples concrets :

Pour un atelier de conditionnement

Une formation en deux temps, l’une théorique ou est analysé le quotidien de l’emballage, étudié ce qui se passe en amont et en aval de l’atelier, appréhendé les différents moyens de conditionnement. L’autre partie est pratique avec une analyse de cas concrets, puis la correction des mauvais gestes et l’amélioration de la technique.

Pour tout utilisateur d’emballage …

… force de ventes, acheteur, graphiste, agence de communication, etc.
Il est important de connaître la matière, ses techniques de production et de transformation et les procédés d’impression.
Pour le papier, le carton, les plastiques l’étude porte sur les origines, la fabrication, les différentes qualités selon les usages, les évolutions, les contraintes écologiques…
Les techniques de transformation répondent à des principes simples et à des caractéristiques presque immuables comme le format des machines.
Les procédés d’impression sont nombreux et il est important de les connaitre afin de réaliser des fichiers de qualité même si les traitements numériques facilitent le travail. Imprimer en offset n’est pas la même chose qu’imprimer en sérigraphie ou en flexographie, la trame ne sera pas la même, la dépose de l’encre non plus.

Audit Technique

   |   By  |  No comments

L’audit technique est une mission qui se déroule sur le site de l’entreprise et comprend plusieurs phases : le constat, l’étude, les recommandations. Cette mission a pour objectif d’apporter des solutions pragmatiques à la chaîne de conditionnement (ergonomie, modernisation, etc.) et d’améliorer les emballages utilisés (conformité de la qualité au cahier des charges, adaptation à de nouveaux produits, etc.)

audit technique et cahier des charges

Constat

Il est important de connaître l’existant. Au cours d’échanges avec les différents intervenants, il permet de prendre en compte l’activité de l’entreprise, connaitre son mode de fonctionnement, apprendre celui du produit et de son emballage, constater les procédures de contrôle, etc. Dans cette partie il doit aussi être mentionné l’objectif à atteindre.

Cette phase est indispensable à la bonne réalisation de l’audit technique en facilitant la rédaction de le « feuille de route » autrement dit du plan de travail.

Étude

Elle consiste en une analyse complète du système, ou tous les détails de la chaine de production seront pris en compte, les anomalies comme les conformités. Dans certains cas on pourra remonter jusqu’aux fournisseurs ou faire appel à des laboratoires d’analyses agréés afin d’obtenir des informations complémentaires.

Recommandations

Dresser un état des lieu n’est pas suffisant, il faut proposer des solutions pratiques à mettre en œuvre afin d’atteindre les objectifs déclarés en début de mission. Un rapport est réalisé en ce sens et au cours d’une réunion de fin de mission, il est remis au client et commenté.

La durée de l’audit technique varie, selon sa complexité, de quelques jours à quelques semaines.

Production

   |   By  |  No comments

La production d’un emballage se divise en quatre grandes parties : le bon à tirer, l’impression, la découpe, la transformation.

le "bon à tirer" ou "bon pour accord"

Bon à Tirer

C’est l’étape ultime du développement du packaging avant sa mise en fabrication. Le prix a été accepté, la commande passée, maintenant il faut s’assurer que tout est conforme.
Le Client donne DEUX accords de validation : l’un pour la forme et le volume, l’autre pour le graphisme.

  • pour la forme c’est la maquette en blanc qui se valide.Elle permet de vérifier les dimensions et d’approuver la conception et la matière.
  • pour le graphisme, le bon à tirer (BAT) se présente sous la forme d’un document numérique (pdf) et si nécessaire d’un tirage sur papier spécial calibré.  Il revient au Client et au Client seul (c’est sa responsabilité) de vérifier et valider les textes, les images, les couleurs, la disposition.

impression en offset mais aussi digitale, en sérigraphie, avec marquage à chaud et gaufrage

Imprimer

Les principaux procédés d’impression utilisés en packaging sont l’offset, la flexographie, la sérigraphie et l’impression digitale (ou numérique).  Le choix se fait en fonction des quantités à produire, des dimensions de l’emballage, de la qualité du matériau à imprimer.

Le carton compact et le papier s’imprime plutôt en offset, le carton ondulé en flexographie ou sérigraphie. Pour les plastiques (polypropylène -PP-, polychlorure de vinyle -PVC-, polyéthylène-PE-, polystyrène -PS- ) les différents procédés sont les mêmes ; le choix est fonction de la forme de la matière (feuille, plaque, transparent ou opaque, etc.).

Des travaux de finition viennent compléter l’impression principale : vernis de protection pour les encres offset, vernis UV pour donner de la brillance (application sur tout ou partie du support – vernis sélectif), pelliculage mat ou brillant, embossage ou gaufrage, marquage à chaud au fer à dorer.

machine de découpe du carton

Découper

Le plus courant des principes de découpe est celui, fort simple, de la technique de l’emporte-pièce. La matière (plaque de carton) est serrée entre une forme et une contre-forme qui pressées l’une contre l’autre découpe la plaque de carton en une ou plusieurs poses du futur emballage.

Les machines sont manuelles ou automatiques, elles découpent à plat ou en rotation.

L’autre principe consiste à découper la matière avec une découpe numérique à plat. Ces machines s’utilisent pour les maquettes et échantillons mais aussi en production pour découper des matériaux épais et/ou de très grands formats.

 

machine de pliage-collage pour le carton

Transformer

Une fois le packaging imprimé puis découpé, il convient de le transformer pour lui donner son aspect définitif.

L’action la plus courante est le pliage-collage, par exemple pour former un étui. Cette opération se réalise manuellement ou mécaniquement.  Le traitement manuel est réservé aux emballages complexes et en très petites séries, mais c’est coûteux en main d’œuvre et en temps. Les machines automatiques en pliant et en collant l’emballage le termine et le rend prêt à l’emploi par l’utilisateur final.

D’autres actions peuvent être entreprises comme la pose de fenêtre transparente, la pose d’accessoires (poignée, œillet, rivets, ruban, etc. ou encore de procéder à des actions de mise en volume et de remplissage (conditionnement à façon)

Conception

   |   By  |  No comments

La conception d’un packaging comprend plusieurs étapes à partir du cahier des charges : l’étude de la forme, l’élaboration du graphisme et le développement des outils nécessaires à la mise en fabrication.

 

conception de la forme et du volume du packaging

Forme et volume

A partir d’un produit ou d’une idée concevoir la forme, le volume puis proposer une maquette en blanc. Ce processus permet de valider le principe, les dimensions, la qualité, l’impact environnemental . C’est une étape essentielle car la conception retenue doit être optimisée pour le cycle de vie du packaging (fabrication, stockage, transport, mise en vente, recyclage).

 

création graphique de l'emballage

Graphisme

En fonction de l’utilisation de l’emballage, le graphisme sera plus ou moins personnalisé, plus ou moins informatif, plus ou moins vendeur. Pour un nouveau produit l’impression sera une création totale, mais en fonction de l’évolution des goûts et des lois (par exemple : étiquetage des produits de consommation) le graphisme sera modifié pour en tenir compte. pour faciliter la décision une maquette couleur sous forme numérique ou papier sera réalisée. 

 

outil de découpe

Documents techniques

La forme est définie, le graphisme est créé. Il convient de mettre au point les documents techniques qui permettront la production du packaging. Le tracé de découpe servira au formiste pour fabriquer l’outil de découpe (la forme) et au graphiste pour implanter sa création et sortir le fichier d’impression.

 Passer de l’abstrait au concret : Créabox vous facilite cette transition